Trente-deuxième Dimanche du Temps Ordinaire
Semaine du 11 novembre 2018

Souffrance et pauvreté

 

Il est question, ce dimanche, de la veuve de Sarepta qui n’avait, à toutes fins pratiques, presque plus rien à manger, si ce n’est que pour elle et son fils, après quoi, dit-elle à Élie « Nous mangerons et puis nous mourrons ».Élie insiste tout de même et, parce que cette veuve a obéi à la demande du prophète, ses jarres d’huile et d’olive ne se sont jamais vidées!

Plus loin, dans l’extrait d’Évangile que nous avons lu, nous avons vu cette veuve désargentée qui ne met que quelques petites pièces dans le panier d’offrandes au Temple. Jésus sait qu’elle a très peu, si peu que c’est même de son nécessaire qu’elle a mis dans ce panier! Assurément, son don a plu au cœur de Dieu et, à n’en point douter, elle a été bénie particulièrement.

Qu’on ne s’y trompe pas! Dieu connaît, mieux que quiconque, nos besoins, nos attentes et, comme chrétien(ne)s, Christ, qui est mort et ressuscité comme nous le rappelle saint Paul, désire par-dessus tout notre bonheur!

En effet, au-delà des difficultés de la vie, le Seigneur ne nous a pas accordé Son salut pour que nous vivions dans l’indigence et la nécessité, mais pour que nous soyons comblés par Sa grâce mais aussi par tout ce que Sa libéralité nous accorde. Jamais les jarres de la veuve ne se sont désemplies parce qu’elle a cru en la promesse du prophète. Jamais nos garde-manger ne se désempliront car nous croyons dans la promesse de Dieu. Jésus a dit : « Ne valez-vous pas mieux que l’herbe des champs et que les oiseaux du ciel? Votre Père qui est aux cieux sait ce dont vous avez besoin. »

La vie chrétienne c’est une vie gagnante! Demandons au Seigneur, certes; car Dieu aime que nous Lui adressions nos demandes. Mais que ces demandes soient accompagnées d’actions de grâce et de louange car nous savons, d’ores et déjà, que le Seigneur nous répond et qu’Il nous entend. Sachons écouter, aussi car la prière, c’est un DIALOGUE. Sachons faire silence dans l’adoration et écouter la voix de l’Esprit Saint qui nous conduit. Jamais Dieu ne renoncera à  Ses promesses et jamais Il ne nous oubliera!

Dieu nous a créés pour que nous soyons heureux! Il nous permet d’évoluer au sein de Sa création et d’y trouver le bonheur en vivant en Sa présence, selon Sa volonté.

À la suite de ces veuves, venons nous aussi à Dieu avec nos pauvretés, qu’elles soient matérielles ou spirituelles, sollicitons le secours de Dieu et admirons Son œuvre dans nos vies pour Sa plus grande gloire! N’hésitons pas à les partager et à nous encourager les uns et les autres!

 
Texte de l'Abbé Jean-Louis Nvougbia, prêtre-curé
Paroisse Sainte-Famille de Bordeaux-Cartierville