Dixième Dimanche du Temps Ordinaire
Année liturgique « A »
 
  Première lecture : Osée 6, 3-6
  C’est l’amour que je désire et non les sacrifices
 
  Efforçons-nous de connaître le Seigneur; sa venue est aussi certaine que celle de l'aurore, elle sera bienfaisante pour nous comme l'ondée, comme les pluies de printemps qui arrosent la terre. » Et Dieu répondit :«Que vais-je te faire, Éphraïm?Que vais-je te faire, Juda? Votre amour est fugitif comme la brume du matin, comme la rosée qui s'évapore à la première heure. Voilà pourquoi je vous ai frappés par mes prophètes, je vous ai massacrés par les paroles de ma bouche. Car c'est l'amour que je désire, et non les sacrifices, la connaissance de Dieu, plutôt que les holocaustes.» Les fils d’Israël se disaient entre eux : « Efforçons-nous de connaître le Seigneur; sa venue est aussi certaine que celle de l’aurore, elle sera bienfaisante pour nous comme l’ondée, comme les pluies de printemps qui arrosent la terre. »
 
  Psaume : 49 (50)
  Refrain : À celui qui veille sur sa conduite, je ferai voir le salut de Dieu.
 
  Dieu convoque les hauteurs des cieux
et la terre au jugement de son peuple :
« Assemblez devant moi mes fidèles,
eux qui scellent d’un sacrifice mon alliance. »
Et les cieux proclament sa justice :
oui, le juge, c’est Dieu! R

« Écoute, mon peuple, je parle;
Israël, je te prends à témoin.
Moi, Dieu, je suis ton Dieu!
Je ne t’accuse pas pour tes sacrifices; tes holocaustes sont toujours devant moi. R
« Offre à Dieu le sacrifice d’action de grâce,
accomplis tes vœux envers le Très-Haut.
Qui offre le sacrifice d’action de grâce,
celui-là me rend gloire :
sur le chemin qu’il aura pris,
je lui ferai voir le salut de Dieu. » R
 
  Deuxième lecture : Lettre de saint Paul Apôtre aux Romains 4, 18-25
  Abraham déclaré juste à cause de sa foi
 
  Espérant contre toute espérance, il a cru, et ainsi il est devenu le père d'un grand nombre de peuples, selon la parole du Seigneur :Vois quelle descendance tu auras! Il n'a pas faibli dans la foi : cet homme presque centenaire savait bien que Sara et lui étaient trop vieux pour avoir des enfants; mais, devant la promesse de Dieu, il ne tomba pas dans le doute et l'incrédulité : il trouva sa force dans la foi et rendit gloire à Dieu, car il était pleinement convaincu que Dieu a la puissance d'accomplir ce qu'il a promis. Et, comme le dit l'Écriture :En raison de sa foi, Dieu a estimé qu'il était juste. En parlant ainsi de la foi d'Abraham, l'Écriture ne parle pas seulement de lui, mais aussi de nous; car Dieu nous estimera justes, puisque nous croyons en lui, qui a ressuscité d'entre les morts Jésus notre Seigneur, livré pour nos fautes et ressuscité pour notre justification. Frères, Abraham notre père, espérant contre toute espérance, a cru à la promesse de Dieu, et ainsi il est devenu le père d"un grand nombre de peuples, selon la parole du Seigneur : Vois quelle descendance tu auras! Frères, devant la promesse de Dieu, Abraham ne tomba pas dans le doute et l'incrédulité: il trouva sa force dans la foi et rendit gloire à Dieu,
 
  Évangile : Matthieu 9, 9-13
  Je ne suis pas venu appeler les justes mais les pécheurs
 
  Jésus, sortant de Capharnaüm, vit un homme, du nom de Matthieu, assis à son bureau de publicain (collecteur d'impôts). Il lui dit : « Suis-moi. » L'homme se leva et le suivit. Comme Jésus était à table à la maison, voici que beaucoup de publicains et de pécheurs vinrent prendre place avec lui et ses disciples. Voyant cela, les pharisiens disaient aux disciples : « Pourquoi votre maître mange-t-il avec les publicains et les pécheurs? » Jésus, qui avait entendu, déclara : « Ce ne sont pas les gens bien portants qui ont besoin du médecin, mais les malades. Allez apprendre ce que veut dire cette parole : C'est la miséricorde que je désire, et non les sacrifices. Car je suis venu appeler non pas les justes, mais les pécheurs. »

Retour à l'index des textes liturgiques